Elections ordinales Paris 2020 : interview de Thierry Aballéa et Charlotte Hildebrand

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Thierry Aballéa et Charlotte Hildebrand, candidats au Conseil de l'Ordre du barreau de Paris pour le mandat 2020-2022.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Nous avons des parcours différents et complémentaires et sommes ravis d’être ensemble pour mener cette campagne afin de recueillir les suffrages de nos Confrères du Barreau de Paris.

Charlotte : Dès ma prestation de serment en 2006, j’ai travaillé auprès d’anciens membres du Conseil de l’Ordre, Bruno Marguet puis Jean Louis Schermann qui m’ont immédiatement sensibilisée au rôle primordial de l’Ordre. J’ai, grâce à eux, pu observer l’importance, pour notre profession, d’être un interlocuteur privilégié notamment de nos Confrères. 

Plus récemment, lors de la fermeture des Tribunaux j’ai considéré comme essentiel de maintenir le lien avec les Greffiers, les Magistrats et bien sur les Confrères afin de les tenir informés de l’avancée de leurs dossiers, cela va sans dire, mais aussi de les soutenir et d’être présente durant cette période désorganisée en raison de la crise sanitaire.

Associée de la SCP Huvelin, je suis quotidiennement présente devant les Tribunaux de Commerce et donc en lien direct avec les Magistrats et les Greffes. Grâce à cela, je publie régulièrement sur les réseaux sociaux les informations pratiques et utiles aux avocats. 

Travaillant depuis plus de 14 ans au côté de Confrères, je souhaite pouvoir continuer à être cet interlocuteur privilégié afin de pouvoir accompagner mes Confrères en mettant toute mon énergie et mon dynamisme au service de l’Ordre et donc au service de tous.

Thierry : A partir d’expériences associatives significatives dans le sport et ensuite professionnelles, l’engagement au bénéfice d’un groupe est assez naturel. 

Sur le plan professionnel et associatif, la présidence de l’Association Internationale des Jeunes Avocats qui regroupe 4.000 membres dans 85 pays, et qui n’est pas qu’un poste de représentation loin de là, conduit inévitablement à vouloir utiliser cette expérience au bénéfice du Barreau de Paris. 

La pratique quotidienne, l’analyse des modèles économiques de nos clients, leur capacité à être innovants (pas uniquement dans le domaine du numérique), leur croissance mais également leurs difficultés sont autant de signes qui matérialisent que l’avocat est aussi un Entrepreneur au sens large. Comme Monsieur Jourdain, il n’en est pas toujours conscient. A partir de très nombreux échanges avec les entrepreneurs, j’ai pris conscience que les solutions, les outils développés par les entreprises sont pour partie identifiables, adaptables et reproductibles chez les avocats. 

L’idée est donc de pouvoir augmenter la qualité de nos services sur la base de cette réflexion qui certes nous éloigne du droit, où nous sommes tous experts, pour progresser dans d’autres matières salutaires à nos yeux.

Quels sont les principaux axes de votre programme ?

Les candidats à l’ordre n’ont pas de programme car il s’agit d’une prérogative des futurs bâtonniers. 

Nous sommes portés par l’ACE qui promeut des valeurs entrepreneuriales dont nous sommes convaincus qu’elles s’appliquent à tous les confrères, toutes matières confondues.

Les sujets sont nombreux et, après les grèves et la crise sanitaire qui s’éternise, il va falloir avoir les pieds sur terre pour bien servir nos Confrères parisiens et notamment les plus fragiles.

La qualité du lien que nous entretenons avec les juridictions est cruciale. A l’heure des audiences en visioconférence et des procédures sans plaidoirie, il est primordial de faire respecter la règle selon laquelle le procès est la chose des parties. Nous nous efforçons de renforcer ce lien en informant quotidiennement les confrères via les réseaux sociaux. Il s’agira donc de généraliser ces informations en temps réel en devenant un relais efficace entre vous, l'Ordre et les Tribunaux.

Nous sommes particulièrement attachés à l’amélioration du partage et des retours d’expérience sur les outils qui augmentent la qualité de nos prestations quelle que soit notre pratique. Nous aurons une approche comparative sur ces questions en échangeant avec les confrères de tous les pays. 

En un mot, les valeurs entrepreneuriales et internationales que nous portons aux cotés de l’ACE sont incontestablement des atouts clefs dans cette période économiquement et humainement difficile.

Quels dysfonctionnements observez-vous au sein de l’Ordre et que proposez-vous comme solutions ?

L’ordre des avocats à Paris est très performant dans de nombreux domaines. Malheureusement, les confrères ne sont pas nécessairement au courant des actions entreprises et menées, des commissions mises en place, des référents nommés, des formations données, et ce même si beaucoup d’entre nous ont noté la qualité du travail mené par l’Ordre et de son soutien depuis le début de la crise sanitaire que nous vivons. 

Nous pensons, modestement car tout le monde est parfaitement conscient de cette difficulté, qu’il serait juste que l’Ordre soit apprécié à la hauteur de ses mérites même s’il peut être critiqué par ailleurs. 

Qu'avez-vous de plus que les autres candidats ?

Seuls nos confrères qui iront voter répondront objectivement à cette question dans le cadre de l’élection. 

Notre rôle lors de la campagne est d’expliquer nos parcours et nos intentions avec le souhait de les convaincre que notre objectif est de travailler au sein de l’Ordre dans le sens de leurs intérêts avec un sens pratique et l’objectif d’être efficace.

Thierry Aballéa a été un sportif de haut niveau (champion de France et champion d’Europe de planche à voile). Il a acquis une expérience internationale significative et souhaite aider les confrères à maintenir ou augmenter leur clientèle.  

Charlotte Hildebrand plaide quotidiennement ou presque devant les Tribunaux de Commerce et en connait parfaitement les atouts et le mode de fonctionnement. Elle aura connaissance de ses éventuels dysfonctionnements quasiment en temps réel afin d’en informer au plus vite le Conseil de l’Ordre et de les gérer au mieux et au plus vite. 

Nous sommes à la disposition de nos confrères afin d’évoquer avec eux leurs attentes, les sujets qui les préoccupent ou encore leurs difficultés et espérons être à la hauteur de la confiance qu’ils mettront en nous. 

Propos recueillis par Yannick Nadjingar-Ouvaev

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.